Jeunes ≠ larves mollassonnes

logo redimensionné

Paresseux, égoïstes, changeants, insatisfaits, insolents ou déconnectés du monde réel, les qualificatifs ne manquent pas pour parler des jeunes de la génération Y, nés entre les années 80 et les années 2000.
Un portrait loin d’être flatteur, mais aussi loin d’être vrai, qui mérite une petite mise au point…

Naissance du projet « On va s’géné »

Quand on est étudiant, qu’on s’investit dans des projets associatifs, dans ses travaux d’étude, qu’on a un p’tit boulot en à côté pour des raisons financières mais aussi par envie de développer son expérience pro, qu’on cherche ardemment un stage ou un premier emploi malgré le fait qu’on nous répète à longueur de temps que C’EST LA CRISE, IL N’Y A PLUS DE BOULOT C’EST FI-NI, et qu’on entend dans les médias ce genre de petites phrases assassines, on a comme des envies de… meurtre.

Mais bon, avec 4 autres nanas, on s’est dit qu’il fallait pas faire de nos expériences des généralités, et que peut-être, si ça s’trouve, va savoir, il serait possible que tous ces articles, émissions et petits billets…disent…vrai.

Tristitude (oui j’invente des mots) quand tu nous tiens.

Dans le cadre de notre master en communication spécialisé sur les publics, nous avons donc décidé de faire une émission de radio pour passer au peigne fin l’univers médiatique, et soumettre ces dires aux principaux concernés : les jeunes.

D’accord ? Pas d’accord ? La possibilité d’une hiérarchie vous file-elle de l’urticaire ? Quelles compétences pensez-vous avoir ? Le CDI vous fait-il rêver ? Êtes-vous un pro des réseaux sociaux ? L’idée de faire une journée de travail de 9 h à 18h vous donne-t-elle des spasmes d’angoisse ?

Autant de questions abordées pendant près d’une heure sur Radio Campus Bordeaux, auprès d’individus de profils variés, issus de filières différentes, jeunes travailleurs, chômeurs, étudiants, en reprises d’études ou en année de césure.

Si vous avez raté l’émission ou que celle-ci vous intéresse, prêtez donc une oreille attentive ici et diffusez la autour de vous !
Une occasion pour faire changer les mentalités et décoller cette foutue étiquette qu’on peut parfois nous apposer.

Sur le travail, mais pas que !

Cette première émission nous a donné envie d’en faire d’autres ! Malgré les petites hésitations ou imperfections, l’expérience de la radio est enrichissante et représente un défi pour nous toutes.

Vos remarques constructives sont donc les bienvenues pour qu’on puisse s’améliorer et vous proposer un contenu de qualité, intéressant à écouter, et vous permettant au passage d’apprendre deux trois trucs !

Si vous avez envie qu’un thème particulier soit abordé, laissez moi un commentaire, ou proposez nous vos idées sur notre page Facebook !

logo_onvasgene

À très bientôt sur on va s’géné, 88.1 !

Lison Herledan pour jaiouiedire

26ème semaine de la presse et des médias à l’école: La liberté d’expression mode d’emploi

logo redimensionné

Chaque année, du 23 au 28 mars, se déroule la semaine de la presse et des médias à l’école, placée cette année sous le signe de la liberté d’expression, suite aux attentats du 7 janvier dernier.
Retour sur les actions menées en Aquitaine.

De quoi parle t-on?

A l’initiative du ministère de l’Éducation nationale et coordonnée par le CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et Médias d’informations), la SPME a pour but de favoriser la rencontre entre le monde éducatif et les professionnels des médias, en développant chez les élèves une attitude critique vis-à-vis de l’information.

Il s’agit donc d’un temps fort dans la démarche d’éducation aux médias, qui a suscité l’engouement chez 583 établissements aquitains cette année, contre 515 l’an dernier. On en dénombre 85 en Dordogne, 249 en Gironde, 60 dans les Landes, 73 dans le Lot-et-Garonne, et 116 dans Pyrénées atlantiques.

La complexité du métier de journaliste

C’est au collège Aliénor d’Aquitaine, à Bordeaux, que cette 26ème édition a pris place.
5 ateliers de 50 minutes ont, à cette occasion, été proposés à 150 élèves inscrits, venus de toute la région pour l’occasion.

Peut-on vraiment tout dire et tout montrer ? Quels sont les risques du métier de journaliste ? Les images peuvent-elles nous manipuler ? Les questions, nombreuses, ont été éclairées des réponses de professionnels de l’information, venus apporter leur témoignage et faire part de leurs expériences.

Antoine Estève, correspondant d’I-Télé a ainsi abordé le fonctionnement des chaînes d’information en continu, et rejoint le point de vue de Jean-Charles Bouniol, enseignant à l’Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine, et formateur associé au CLEMI, sur l’importance de croiser les sources d’informations lors du travail journalistique.

Etienne Millien, journaliste du quotidien régional Sud-Ouest et délégué régional ARPEJ accompagné par un photographe, ont évoqué leur passion en précisant que l’actualité commençait « derrière la porte », encourageant les élèves à écrire sur les sujets qui les intéresse.

Lynda Méguenine, chargée de mission établissement Vie-Scolaire a quant à elle pu échanger avec les élèves autour du dessin de presse, en évoquant son histoire, sa provenance et ses messages.

Des ateliers qui font écho à celui de Marie-Christine Lipani, enseignante-chercheuse à l’Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine, qui rappelle que le journaliste, le dessinateur, le photographe et le citoyen sont dotés de droits et de devoirs.
A cette occasion, les termes diffamation, racisme, ou encore présomption d’innocence ont été explicités, afin que les collégiens puissent mesurer l’importance d’adopter un comportement responsable, notamment sur les réseaux sociaux.

Proposé par Caroline Sulek du réseau Canopé Gironde, un mur collaboratif alimenté en temps réel par les élèves, au moyen de tablettes numériques, a, pour finir, permis aux participants d’être acteurs du débat, et d’appréhender des techniques de communication innovantes.

Des initiatives nombreuses et variées

Une première journée riche en échanges et en découvertes, qui s’inscrit dans un ensemble d’actions menées au sein des établissements :

– Lundi 23 mars à 18h30 a eu lieu la première expérience de radio captée par les élèves de 5ème2 sur les usages d’internet, au collège Albert Camus de Bayonne

– Mardi 24 mars s’est déroulée une formation dispensée aux personnels le souhaitant sur « la culture numérique et internet responsable », au collège Léon Bérard de Saint-Palais

– Le collège Nelson Mandela de Floirac a, pour finir, accueilli des intervenants pour la réalisation d’une émission de radio en direct, mardi 24 mars

Ayant assisté à l’émission de radio de Floirac, ainsi qu’à la journée de lancement au collège Aliénor d’Aquitaine, cette 26ème édition fut, je peux vous l’assurer, pleine de découvertes et de rencontres!

Formatrice, enrichissante et pourquoi pas, vectrice de vocations, l’éducation aux médias suscite l’intérêt, tant chez les élèves que chez les professeurs.
Cette semaine est un bon début, mais doit s’inscrire dans un projet de plus grande envergure.
Reste à espérer que Madame Belkacem, Ministre de l’éducation, déploira les moyens nécessaires à la mise en place de cette discipline dans les programmes scolaires, qui devrait avoir lieu, selon son souhait, dés la rentrée prochaine.

Lison Herledan pour jaiouiedire